Malpropreté féline

Chez les félins, la malpropreté est la condition la plus fréquente de consultation comportementale spécialisée et la raison la plus rapportée qui pousse les propriétaires à se départir de leur animal.

MARTIN GODBOUT m.v, MSc, Dipl. ACVB

Apprentissage de la propreté chez les chatons

L’apprentissage de la propreté chez le chaton s’effectue dès l’âge de 3 semaines lors de l’apparition de l’élimination volontaire.  Avant cet âge, c’est la chatte, qui par la stimulation du réflexe urogénital, favorise l’élimination du chaton et ingère les excréments dans le but d’éliminer toute odeur pouvant attirer les prédateurs.  

C’est en imitant la mère et en suivant les informations olfactives que les chatons se rendent à la litière et développent une préférence pour ce genre de substrat.  Voilà pourquoi l’éducation et l’apprentissage de la propreté sont rarement une tâche nécessaire pour les parents adoptifs du chaton. Bien qu’il soit toujours possible pour les félins de développer de nouvelles préférences, la plupart seront fixés avant l’âge de 6 mois quant à leur préférence de substrat d’élimination.  De façon générale, ils semblent préférer des substrats inodores et contenant des particules fines. 

Comme ces derniers préfèreront les aires d’élimination vastes et ouvertes, il n’est pas rare qu’un chat décide d’éliminer dans un autre endroit lorsque le seul choix accessible est une litière couverte de petite taille.

Comportement normal d’élimination ou marquage urinaire?

L’élimination normale:

Lors d’élimination, le mâle et la femelle adoptent la même position et la même séquence.  Ils creusent un trou avec leurs membres antérieurs,  s’accroupissent et urinent dans une position qui se distingue de la position assise par une queue plus pointée vers l’arrière.  Après la miction, ils déplacent le substrat sur la portion souillée à l’aide de leurs membres antérieurs dans le but de l’enterrer. 

Le marquage urinaire :

Le marquage urinaire est un comportement normal pour les chats intacts.  Contrairement à la miction standard qui vise à vidanger la vessie, le but du marquage urinaire est communicatif.  Le marquage urinaire des chats domestiques vivant à l’extérieur se fait principalement le long des aires de passages régulièrement fréquentées plutôt qu’à la limite du territoire.  Le marquage est donc une information temporelle et personnelle plutôt qu’une marque visant à éliminer la présence d’étranger.

Ce comportement s’accompagne habituellement d’une position typique.  Dans ces cas, le chat urine habituellement sur des surfaces verticales.  Après avoir choisi l’endroit propice, il se retourne et lève la queue.  Cette dernière sera totalement verticale et tremblotante.  Il est parfois possible d’observer des yeux mi-clos lors du marquage.  Le point distinctif du marquage urinaire est la faible quantité d’urine émise sous forme de jet ainsi que la cible qui se limite dans la plupart des cas, à un objet vertical. 

Le marquage urinaire sur des surfaces horizontales tout comme le marquage par des selles est très rare.  Selon les comportementalistes français,  l’élimination sur les surfaces horizontales serait plutôt décrite comme étant des mictions émotionnelles.  Bien que le marquage puisse être un comportement normal, ce dernier est souvent associé à d’autres troubles du comportement.   Tout comme pour le marquage (petite quantité d’urine), la cause des mictions émotionnelles (grande quantité d’urine) peut être l’anxiété. 

Le marquage urinaire plus fréquent chez les chats non stérilisés

Le marquage urinaire est un comportement normal chez les chats intacts et peut aussi se développer chez 10% des mâles castrés et 5% des femelles stérilisées. Il est donc important de faire stériliser votre chat si vous voulez limiter le risque de marquage urinaire.

Les troubles médicaux – 1e cause de malpropreté féline

Toute cause médicale peut exacerber les comportements normaux comme le marquage urinaire ou autre.  Une étude a démontré que 38% des chats qui marquent démontraient une cause médicale sous-jacente.  Il est donc primordial d’éliminer toute cause médicale avant d’aller plus loin dans le diagnostic d’élimination inappropriée.  En contrepartie, une étude a démontré que le stress environnemental et social tout comme l’obésité jouerait un rôle dans la prédisposition des chats au SUF.

Les troubles associés aux aires d’élimination – 2e cause de malpropreté féline

Aversions

Une aversion est l’évitement de l’aire d’élimination secondaire à une association négative. 

Comme la plupart des aversions sont un problème d’hygiène entourant la litière, il est primordial de bien éliminer ces possibilités avant de conclure à tout autre trouble comportemental. 

Les aversions peuvent résulter d’une odeur inacceptable secondaire à un vieux bac, l’utilisation d’une litière aromatisée, l’accumulation de selles et d’urine, l’utilisation d’un désinfectant inapproprié ou autre.  Elles peuvent aussi être causées par un substrat inadéquat (type, épaisseur, odeur, etc.) de même que le bac lui-même (couvert ou non, accessibilité, hauteur, dimension empêchant la séquence comportementale normale, nombre inadéquat, etc.).  L’endroit peut aussi être la cause de l’aversion (présence de bruits inquiétants comme la balayeuse centrale à proximité ou la machine à laver, la présence de personnes ou d’autres animaux pouvant interférer avec le comportement normal de l’animal).  

Préférences

Dans ces cas, l’animal peut utiliser la litière ou non.  Lorsqu’il décide d’éliminer dans un autre endroit, le substrat et l’endroit sera habituellement toujours le même (ex : tapis, garde-robe, lit, etc.) 

Il est possible qu’une cause aversive sous-jacente pousse l’animal à développer une nouvelle préférence.  Par exemple, dans les cas de mauvaise hygiène de la litière ou d’un animal qui associe la douleur ressentie à la miction lors d’un problème urinaire avec la litière, il est possible qu’il développe une aversion.  Cette aversion pousse alors l’animal à trouver un nouvel endroit pour uriner.  Dans ces cas, il est possible que le chat développe une préférence pour ce nouveau lieu (garde-robe, salle de bain) ou substrat (tapis, douillette, bain ou évier).  Dans certains cas, le chat développe une préférence sans toutefois bouder complètement la litière.  

 Il n’est pas rare de voir un chat accepter un endroit ou un substrat pour uriner mais qu’il préfère de loin un autre pour faire ses selles.

Les troubles comportementaux – 3e cause de malpropreté féline

Les troubles comportementaux incluent les interactions sociales avec les autres animaux et les humains ainsi que les facteurs environnementaux qui peuvent faire varier l’état émotionnel du chat.  La cohabitation féline est souvent en cause dans cette catégorie de diagnostic. 

Quels stress peuvent provoquer une élimination inappropriée ? Il y en a probablement des centaines, mais les plus courantes sont les suivantes :

  • Une nouvelle personne (particulièrement un bébé ou un conjoint) dans la maison.
  • Une personne qui a récemment quitté la maison (de façon permanente ou temporaire).
  • De nouveaux meubles, rideaux, tapis…
  • Réaménagement des meubles.
  • Déménagement.
  • Un nouvel animal dans la maison.
  • Un animal qui a récemment quitté la maison.
  • Un nouveau chat dans le quartier qui peut être vu par le chat d’intérieur.
  • Une chatte en  »chaleur » dans le quartier.
  • Un nouveau chien dans le quartier qui peut être entendu par le chat d’intérieur.

Dans la plupart des cas, l’élimination secondaire à un trouble comportemental ou social, amènera du marquage urinaire sur des surfaces verticales.  Toutefois, il est aussi possible de retrouver une élimination décrite par les Français comme étant « émotionnelle », sur des surfaces horizontales. 

Les chats souffrants de troubles comportementaux nécessitent habituellement en plus de la modification comportementale, une médication anxiolytique.  Les phéromones synthétiques désormais offertes sous forme de vaporisateur et de diffuseur peuvent aussi être très utiles en combinaison avec les autres options thérapeutiques.

Conclusion

Les problèmes de malpropreté féline peuvent être multifactoriels. Il est important de consulter votre vétérinaire rapidement lorsque vous observez ce type de problème chez votre chat afin que la situation ne dégénère pas . Plusieurs solutions existent pour aider votre animal et empêcher la destruction de votre maison.

retour à : COMPORTEMENT FÉLIN 101 – LES PRINCIPAUX PROBLÈMES COMPORTEMENTAUX DU CHAT DE SALON [ici]

retour à : CHAT [ici]