Vaccination

Une protection essentielle pour un lien essentiel

_________________________________________________________________________________________________________

Plus de deux siècles se sont écoulés depuis l’apparition du premier vaccin. Depuis, le monde scientifique a parcouru un long chemin. Mais encore aujourd’hui, la vaccination constitue un des meilleurs moyens de protéger nos animaux et nous-mêmes de plusieurs maladies graves.

_________________________________________________________________________________________________________


La vaccination aide l’organisme à fabriquer des anticorps contre des virus ou bactéries. Lorsque l’organisme est exposé à ces pathogènes, le système immunitaire est mieux préparé pour y faire face. Puisqu’elle est accessible, peu coûteuse, qu’elle a fait ses preuves dans la prévention de maladies graves et qu’elle est associée à un risque minimal d’effets secondaires, la vaccination fait partie des soins préventifs de routine.

Le protocole de vaccination doit prendre en compte, l’évolution des pathogènes dans votre région géographique, le style de vie, le risque d’exposition, l’âge et les maladies concomitantes de votre animal. Au fil des ans, les besoins de votre compagnon en matière de vaccination pourraient changer, c’est pourquoi votre vétérinaire révisera avec vous ces différents points avant de procéder à sa vaccination.

Deux organismes américains reconnus comme étant des chefs de file dans le domaine vétérinaire ont établis des lignes directrices concernant la vaccination animale. Chez Animavet Bromont, nous considérons l’importance des données fournies par ces organismes et nous basons notre programme de vaccination sur leurs recommandations. Nous désirons éviter la sur-vaccination, phénomène qui questionne plusieurs propriétaires d’animaux.

Pour obtenir plus d’information sur les différents vaccins disponibles au Québec et sur nos protocoles de vaccination, veuillez vous référer aux articles suivants: La vaccination des chiens et La vaccination des chats.

La vaccination en quelques définitions

Un vaccin est un produit biologique fabriqué à partir de bactéries ou de virus complets, de leurs constituants (polysaccharides, protéines) ou de leurs produits (toxines), dont on enlève par différents procédés la capacité de produire la maladie tout en conservant celle d’induire une réponse immunitaire (immunogénicité). Les vaccins peuvent être produits à partir d’organismes inactivés ou de leurs composants, produits ou toxines purifiés ou encore à partir d’organismes vivants atténués.

L’immunogénicité d’un vaccin dépend des facteurs propres à l’antigène, notamment sa morphologie, sa nature chimique et sa masse moléculaire, de la voie d’administration et de l’utilisation d’adjuvants. De façon générale, les protéines sont les substances immunogènes les plus puissantes. En outre, plus la masse moléculaire est élevée, plus l’antigène est immunogène, car il est plus facilement détectable par le système immunitaire. Certains vaccins constitués de polysaccharides de petit poids moléculaire sont ainsi conjugués à une protéine afin d’être plus immunogènes, à un plus jeune âge.

La vaccination est une méthode de prévention de certaines infections. Elle consiste à introduire dans l’organisme des préparations antigéniques (vaccins) dans le but d’entraîner une immunité active.

Les adjuvants sont utilisés pour renforcer le pouvoir immunisant du vaccin afin d’obtenir une meilleure réponse sérologique et d’assurer une immunité plus durable, avec une quantité plus faible d’antigènes et un plus petit nombre de doses. Les adjuvants agissent en prolongeant la présence des antigènes au point d’injection. Cela permet leur libération sur une période de temps variable ainsi que l’activation des cellules présentatrices d’antigènes.

La primovaccination, ou la vaccination primaire, est le nombre de doses d’un même produit immunisant que l’on doit administrer à un animal pour obtenir une immunité adéquate.

La revaccination amène une réaction identique à celle de la primovaccination. Elle ne fait pas appel à la mémoire immunitaire.

Un anticorps est une protéine produite par un organisme en réponse à une stimulation par un antigène. Mis en présence de l’antigène qui a provoqué sa formation, l’anticorps a la propriété essentielle de se combiner spécifiquement avec lui.

Un antigène est une substance capable, lorsqu’elle est introduite dans un organisme, de provoquer une réponse du système immunitaire. Cette réponse du système immunitaire peut s’exprimer par la production d’anticorps spécifiques, par la production de cellules spécifiques ou par l’absence de réponse (tolérance). Dans les maladies infectieuses, l’antigène peut être un agent infectieux complet, une de ses parties ou un de ses produits.

La mémoire immunitaire est la capacité des cellules immunitaires qui ont déjà été en contact avec un antigène de reconnaître celui-ci et de réagir de façon accélérée et plus marquée à un nouveau contact avec lui par une réponse secondaire ou anamnestique (par exemple, après l’injection d’une dose de rappel).

L’immunité est la capacité que possède un organisme de se défendre, en particulier quand il subit une agression par un agent infectieux.

%d blogueurs aiment cette page :